L'@ide-Mémoire Cinéma

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

★★★  Variétés
 
Nicolas Farkas / 1934 / France-Allemagne

 

Avec : Annabella (Jeanne), Fernand Gravey (Pierre), Jean Gabin (Georges), Jean Sinoël (Max, le manager), Nicolas Koline (Violet, le clown), Camille Bert (Félix, le directeur de l’Apollo), Léna Dartès, Made Siamé (la mère de Billy), Gaston Palmer (le jongleur), Georges Saillard, The Vocal Kings (les chanteurs de l’Apollo), Roger Legris (le facétieux), Marcel Pérès (un artiste de l’Apollo), Germaine Reuver (n’apparaît pas dans les copies actuellement visibles), André Lannes, Teddy Michaud. Annabella, Fernand Gravey & Jean Gabin sont respectivement doublés au trapèze par Mlle Alexine & les deux frères Marcès.



Remarquable « mélodrame de cirque » porté par une écriture à la fois fluide et nerveuse, navigant de manière probante entre délicatesse et cruauté. Nicolas Farkas, cinéaste décidément à réhabiliter, parvient constamment à trouver le juste équilibre – le sujet l’exigeait ni plus ni moins – entre la chronique d’un trio de trapézistes déchiré par les rivalités amoureuses et la peinture, par touches discrètes, des coulisses d’un grand music-hall parisien. Constante aussi l’alchimie quasi parfaite entre Annabella, Fernand Gravey et (surtout) Jean Gabin, sanguin mais digne, formidable pendant les deux premiers tiers du film, exceptionnel sur la dernière ligne droite. Le farfadet Sinoël (probablement dans son meilleur rôle à l’écran) et le clown triste Nicolas Koline (d’une humanité à proprement parler sidérante), sur la durée, l’efficace Marcel Pérès, l’espace d’une séquence, sont là pour rappeler que la notion de « second rôle » au cinéma est aussi subjective qu’elle est objective, et qu’il n’y a pas de seconds (ou de troisièmes) rôles qui tiennent lorsqu’il sont interprétés avec un tel degré de probité, loin de toute propension au folklore. La maîtrise de Farkas, cinéaste et directeur d’acteur, est totale, qualités que l’on retrouvera, humour en moins mais élevées à la puissance Dix, dans sa réalisation suivante, le fascinant Port Arthur (1936).


© Armel De Lorme / L’@ide-Mémoire, Trésors du Cinéma des Années Trente, décembre 2019. Toute reproduction même partielle interdite, sauf autorisation expresse écrite des auteur et éditeur.


Visuel : Jean Gabin, Annabella, Fernand Gravey et Jean Sinoël, D.R.



Cliquez ici pour modifier le texte