L'@ide-Mémoire Cinéma

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

☆  Le Secret de Polichinelle
 
André Berthomieu / 1935 / France


 

Avec : Raimu (Jacques Jouvenel), Françoise Rosay (Jenny Jouvenel), André Alerme (Trévoux), Janine Crispin [= Jeanine Crispin] (Marie), Bernard Lancret (Henry Jouvenel), Alain Michel (le petit Robert), Gaston Dubosc (Urbain, l’huissier), Jean Diener (Delannoy, le rédacteur en chef), Mad Siamé [= Made Siamé] (Mme Santenay), Ginette Darey (Geneviève Langeac), Jane de Fava [= Jeanne de Fava] (Mme Langeac), Cécile Didier (la voisine), Jacques Derives (Firmin, le domestique), Gaston Secrétan (Robinot), Vincent Hyspa (le dessinateur), Gabrielle Fontan (Augustine, la bonne de Trévoux), André Siméon (le marchand de jouets).


Adapté par Charles Spaak d’un succès théâtral pérenne signé Pierre Wolff, précédemment déjà porté deux fois à l’écran à la veille de la Grande Guerre et au premier tiers des années 1920, Le Secret de Polichinelle eût parfaitement pu se contenter d'être un vaudeville bourgeois parmi tant d’autres, à la fois bien pensant et bien disant. La fluidité de la mise en scène de Berthomieu, le tact constant dont il fait preuve jusque dans le découpage et la direction d’acteur, aboutissent, sinon à un chef-d’œuvre, du moins à un parfait sans faute. Exception faite de Bernard Lancret, clone de Jean-Pierre Aumont falot, appliqué et misant un peu trop sur la sincérité à tout prix la troupe fait montre d’excellence, portée de bout en bout par le trio magistral Raimu-Françoise Rosay-Alerme. Les partenaires de jeu des susdits ne sont, pour la majeure partie d’entre eux, pas en reste : le charme, la cinégénie, la sobriété et l’assurance de Jeanine Crispin font merveille séquence après séquence, les prestations mieux qu’efficaces de Cécile Didier, Made Siamé, Vincent Hyspa, Gaston Dubosc, Diener, Derives ou Secrétan rehaussent l’ensemble de plusieurs crans, et Gabrielle Fontan n’a besoin que deux séquences express pour démontrer l’étendue de sa palette. Comédie douce-amère à découvrir ou redécouvrir, comptant assurément parmi les plus belles réussites d’avant-guerre de son maître d’œuvre, ici surinspiré par son sujet comme par ses têtes d’affiche et ses seconds rôles.


© Armel De Lorme / L’@ide-Mémoire, juillet 2019. Toute reproduction même partielle interdite, sauf autorisation expresse écrite des auteur et éditeur.


Photo : Raimu et Jeanine Crispin, D.R.